La Commission européenne ouvre la porte à l’exploitation du gaz de schiste

Commission  recommandations  gaz  énergie

Mercredi 22 janvier, la Commission européenne a adopté une recommandation ouvrant la voie à une exploitation du gaz de schiste en Europe, en ne mettant en avant que des « principes communs » à respecter concernant l’environnement et la santé publique.

Réduire la dépendance énergétique européenne

« Un site ne pourra être sélectionné que si l’évaluation des risques démontre que la fracturation hydraulique à haut débit n’entraine pas la libération directe d’aucun polluant dans les nappes phréatiques », recommande la Commission. De plus, les Etats devront veiller à ce que leurs installations soient « construites de manière à éviter des fuites à la surface et des déversements dans le sol, l’eau ou l’air ».

Les Etats membres de l’Union européenne auront six mois pour appliquer les principes élaborés par la Commission et devront informer Bruxelles chaque année sur les mesures mises en place. « Le gaz de schiste suscite des espoirs dans certaines régions d’Europe, mais également des inquiétudes. La Commission répond aux demandes d’action en formulant des principes minimaux que les Etats membres sont invités à suivre afin de tenir compte des aspects environnementaux et sanitaires et de donner aux exploitants et aux investisseurs la prévisibilité nécessaire », a précisé Janez Potocnik, commissaire à l’Environnement.

Se réservant la possibilité de rendre ces règles juridiquement contraignantes, Bruxelles a ainsi souhaité laisser la possibilité de développer cette ressource susceptible de réduire la dépendance énergétique de l’Union européenne. Selon la Commission, le gaz de schiste pourrait couvrir environ 10 % de la demande européenne en gaz d’ici 2035.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire