Gaz de schiste : une terminologie inappropriée serait-elle à l’origine de la clôture du débat ?

débat  terminologie  gaz de schiste  fracturation hydraulique

Changer de terminologie en matière de gaz de schiste pour fluidifier le débat ? C’est ce que les  géants de l’industrie énergétique espèrent. Ils déplorent l’usage systématique de termes inappropriés pour parler de l’exploration du gaz de schiste.

Et si la perception que les opposants au gaz de schiste ont de son exploration était erronée,  biaisée par l’usage de termes inadéquats pour s’y référer ?

Ça n’est pas impossible si l’on se base sur une récente étude -2012- publiée par l’université de Louisiane à l’issue de laquelle a été avérée que l’opposition à l’exploration du gaz de schiste était moins accrue lorsqu’il n’était pas fait mention du mot « fracturation » et qu’il était substitué à d’autres termes comme « injection à haute pression ».

Or, et c’est précisément en cela qu’une nouvelle terminologie est sans doute nécessaire, l’emploi des mots « fracturation hydraulique » ne reflètent pas à eux seuls l’ensemble des procédés existants alors même que plusieurs d'entre eux n’endommageraient pas l’environnement.   

En ce sens, Christophe de Margerie, président directeur général de Total,  s’est interrogé : « Je suis fasciné par la manière dont le terme de "fracturation" a cristallisé les clivages. Aux Etats-Unis, on parle de massaging de la roche. C'est peut-être une idée ? »

Gérard Mestrallet, dirigeant de GDF-Suez, est du même avis : « Le mot fracturation ne suffit pas à décrire toutes les technologies  possibles. Parler  de "stimulation" de la roche, c'est déjà moins violent. Ajoutant qu’il serait plus judicieux de parler de « brumisation ».

Des réflexions pertinentes lorsqu’on sait que « la fracturation » évoque l’éclatement pur et simple de la roche tandis que les pétroliers, à l’image d’ExxonMobil, assurent que la fissuration n'est pas plus grande qu’un « grain de sable ».  

Changer de vocabulaire pour évoquer l’exploration du gaz de schiste permettrait donc de refléter au mieux la réalité et dans le même mouvement, de rassurer les décideurs politiques.

Réactions et commentaires
Marrant, ça : j'ai posté un commentaire dans ce sens sur le site il y a un ou deux jours... serait-il lu par d'autres que moi ?

;)

MS
M.Shadok | Le 24 janvier 2013 à 01:44:59
Déposer un commentaire