Delphine Batho ouvre-t-elle la voie à la recherche en France ?

Delphine Batho  gaz de schiste  recherche  France

Le débat sur les hydrocarbures non conventionnels en France semble loin d’être terminé. En particulier, Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif, se taclent l’un l’autre. Invitée sur BFMTV, Mme Batho a réaffirmé sa position anti fracturation hydraulique.

Alors que M. Montebourg avait laissé entendre qu’une fenêtre sur la recherche scientifique concernant la technique de fracturation hydraulique aurait pu être entr’ouverte et même que l’Etat aurait pu la financer, Delphine Batho vient de la refermer.

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, la ministre de l’Ecologie a affirmé que « les compagnies pétrolières ont les moyens de financer elles-mêmes leurs propres recherches sur les techniques de forage » ce qui n’est pas faux mais qui soulève un autre point.

En France, la technique de fracturation hydraulique est totalement interdite, que ce soit à des fins scientifiques ou à des fins industrielles. Delphine Batho a donc affirmé que les compagnies peuvent financer une recherche qu’ils n’ont tout simplement pas le droit de mener sur le sol français.

S’il n’est pas question pour la ministre de lever le moratoire sur la technique de fracturation hydraulique pour l’exploitation des gaz de schiste sur le sol français, est-ce là une fenêtre entr’ouverte à une levée du moratoire à des fins scientifiques et, en particulier, à la recherche afin de palier les problèmes environnementaux que pose la technique de fracturation hydraulique, seule technique actuellement utilisée et utilisable ?

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire