Le gaz de schiste s'invite à la conférence environnementale

gaz de schiste  conférence environnementale  2013  Kem One  françois hollande  compétitivité  pétrochimie  exploitation  rapport  gouvernement

Ce vendredi 20 septembre s'ouvre la deuxième conférence environnementale du gouvernement. L'occasion de revenir sur divers points et sur les tensions qui opposent le PS et les Verts. Le gaz de schiste pourrait bien être un invité inattendu et empoisonné, selon Europe 1.

Le gaz de schiste pour sauver l'emploi

Un document qui circule à Bercy estime que le gaz de schiste pourrait être la solution pour sauvegarder le futur de la société Kem One, entreprise pétrochimique française sur le bord de la faillite. Près de 2 000 personnes risquent de perdre leur emploi.

Mais deux ingénieurs pensent que le début de l'exploitation du gaz de schiste pourrait sauver l'entreprise et, avec elle, tout le secteur de la pétrochimie qui souffre de la non compétitivité du prix de l'énergie et des matières premières en France. C'est en tout cas ce qu'ils écrivent dans le rapport révélé par Europe 1.

Le gouvernement pris en tenaille à la conférence environnementale

Si le gaz de schiste s'invite à la conférence environnementale de 2013, le gouvernement risque de ne pas supporter une nouvelle fracture avec les écologistes, formellement opposés à l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels.

Ce rapport fait levier sur un point critique du quinquennat de François Hollande : l'emploi. La courbe de l'emploi doit être redressée mais si Kem One fait faillite cela paraît bien difficile. Sans compter qu'elle risque d'être la première d'une longue série d'entreprises du secteur qui continueront d'être en difficulté.

Mais pour maintenir son alliance avec les Verts, François Hollande se doit de réitérer et réaffirmer sa position anti gaz de schiste comme il l'avait fait en 2012. Un problème sans issue, semble-t-il.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire