Un boom du gaz de schiste pourrait avoir lieu en Russie ou en Chine mais pas en Europe selon Tornqvist

gaz de schiste  Tornqvist  Europe  Russie

La Russie et la Chine ouvriront la voie à la production de leurs ressources en gaz de schiste après les Etats-Unis selon le directeur général de la maison de commerce de Gunvor mais l'Europe restera à la traîne.

Torbjorn Tornqvist, directeur général de la maison de commerce Gunvor, a déclaré ce mercredi qu'il était évident que la production de gaz de schiste à la même échelle que les Etats-Unis était possible dans plusieurs des plus grands producteurs et consommateurs d'énergie du monde mais qu'il y avait fort peu de chance qu'il en soit de même pour l'Europe.

La montée en flèche de la production d'huile et de gaz extraits de sources non conventionnelles a dépassé toutes les prévisions et a vu les Etats-Unis devenir l'une des régions du monde les plus sécurisées en matière d'énergie.

«Est-il possible de reproduire le même schéma ailleurs ? La réponse est oui mais pas partout », a-t-il affirmé.  «Je pense qu'en Russie, vous verrez le premier changement majeur ; là-bas, vous avez le climat politque adéquat pour mener de grandes opératations de schiste tant en gaz qu'en huile », a-t-il ajouté.

Tornquvist a néanmois semblé moins enthousiaste pour l'Europe qui, jusqu'à présent, a été divisée concernant son approche de la nouvelle technologie de fracturation hydraulique, la méthode d'extraction des ressources en schiste.

La France a exprimé une forte opposition à l'idée tandis que le gouvernement britannique insiste sur le fait que la production du gaz de schiste « arrivera » : « L'Europe ? Vous connaissez tous les problèmes là-bas : problèmes politiques, peronne ne veut vraiment voir d'appareils de forage dans le paysage- et les problèmes et les craintes à propos des nappes phréatiques et plus encore empêcheront l'Europe d'exploiter ses ressources, qui ne sont de toute façon pas très importantes », a-t-il poursuivi.

En ce sens, l'Europe restera en marge du boom économique et énergétique que les pays engagés dans la course au schiste s'apprêtent à connaître sauf si elle consent à exploiter ses réserves.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire