Montebourg ne dit pas non au gaz de schiste

Montebourg  hollande  batho  débat

Alors que le président François Hollande a affiché une « ligne de conduite » ferme à l’encontre de l’exploitation du gaz de schiste, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, considère que le débat ne fait que commencer.

Vendredi dernier, lors de la conférence environnementale, François Hollande affichait une « ligne de conduite » ferme à l’encontre de l’exploitation du gaz de schiste en France, en accord avec la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, qui précisait que le rejet s’appliquait à « la totalité des demandes de permis dont l’instruction administrative a permis d’établir qu’il s’agit […] de fracturation hydraulique ».

Cependant, selon le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, le débat sur l’exploitation du gaz de schiste est loin d’être clos. « C’est un débat qui commence, précise-t-il, et qui est important pour transformer en profondeur le pays ».

Sur la technique controversée de la fracturation hydraulique, François Hollande a bien réaffirmé son interdiction lors de la conférence environnementale, mais il n’a pas pour autant renoncé définitivement à cette ressource. C’est ce que souligne Arnaud Montebourg : « le président de la République a condamné la fracturation hydraulique destructive de l’environnement, mais pas le gaz de schiste en soi », et d’ajouter que « si la recherche évolue sur cette technique, il sera bien temps d’en reparler. »

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire