Le Sénat rouvre le débat sur le gaz de schiste

Sénat  Opecst  fracturation hydraulique  gaz de schiste

Le président  de la Commission des Affaires Economiques du Sénat, Daniel Raoul (Parti Socialiste), a proposé de saisir l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) sur la question des gaz de schiste et de la fracturation hydraulique, rouvrant, de fait, le débat.

La saisie de cette instance parlementaire qui a eu lieu hier soir fait suite à la petite réouverture de la part de François Hollande concernant la recherche sur des techniques d’extraction du gaz de schiste autres que la fracturation hydraulique, interdite en France depuis juillet 2011 à cause des problèmes environnementaux qu’elle pose.

François Hollande n’a, effectivement, pas renoncé à la recherche sur des techniques alternatives, et c’est justement là le sujet de la saisie de l’OPECST : il doit examiner quelles techniques différentes de la fracturation hydraulique seraient susceptibles de permettre à la France d’extraire le gaz de schiste sans problèmes environnementaux.

La commission dont M. Raoul est le président juge « regrettable d’interdire toute réflexion et recherche permettant la mise au point de technologies alternatives et respectueuses de l’environnement. »

Ce qu’espère avant tout la commission par la saisie de l’OPECST c’est que la recherche permette « de mieux évaluer les ressources contenues dans le sous-sol français ». En effet, l’interdiction de toute fracturation hydraulique sur le territoire empêche une évaluation précise des gisements français, les chiffres donnés n’étant que des estimations. La France serait toutefois un des pays les plus fournis en réserves de gaz de schiste.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire