Europe : le débat sur le gaz de schiste se poursuit

Europe  UE  Bruxelles  transition énergétique

Alors que le Parlement européen a voté pour le renforcement de l’encadrement de l’exploitation du gaz de schiste, le débat se poursuit à Bruxelles. Les Etats favorables mettent en avant l’impact positif que pourraient avoir les gaz non conventionnels pour la transition énergétique.

Un atout pour la transition énergétique ?

La réussite américaine en matière de gaz de schiste n’a logiquement pas échappé à l’Europe. Soucieux de protéger l’environnement et inquiets vis-à-vis de la fracturation hydraulique, les Etats membres de l’Union européenne ont néanmoins renforcé les dispositions encadrant cette pratique. Mais alors que le débat sur les risques réels de cette technique se prolonge, les partisans de l’exploitation des gaz non conventionnels mettent aussi en avant leurs avantages qu’ils pourraient procurer dans la lutte contre le réchauffement climatique.

« Il y a ceux qui sont résolument opposés à l’utilisation des énergies fossiles en liaison avec le taux de gaz carbonique dans l’atmosphère et le changement climatique. Ensuite il y a ceux qui sont opposés au gaz de schiste parce qu’ils ont besoin d’une garantie au niveau des risques, que ce soit le risque sur l’eau potable ou le risque industriel en général autour de ce genre d’activité », explique le chercheur Raymond Michels. Quant à l’eurodéputé tchèque Jan Brezina, il rappelle que la production de gaz de schiste peut également soutenir la transition énergétique en ce qu’elle réduit la consommation d’énergies fossiles comme le charbon, particulièrement polluantes.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire