Revirement de politique sur le gaz de schiste en France ?

politique  france  revirement  loi

Entre les ambiguïtés des politiques, le lobbying des industries pétrolière et gazière, la pression des écologistes, le développement de permis d’exploration, etc. le gaz de schiste se révèle comme un sujet délicat à aborder en France. Alors que s’ouvre la conférence environnementale, le temps est venu de faire un retour sur l’avis de quelques leaders politiques sur cette question.

Il y a à peine plus d’un an, lors du débat sur la loi du 13 juillet 2011, interdisant la fracturation hydraulique, les leaders socialistes s’opposaient fermement au gaz de schiste.

François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg avaient d’ailleurs signé une proposition de loi « visant à interdire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, à abroger les permis exclusifs de recherche de mines d’hydrocarbures non conventionnels et à assurer plus de transparence dans le code minier ».

Arnaud Montebourg expliquait à cette époque que le gaz de schiste était « une fausse bonne idée aux risques écologiques démesurés ».

Un revirement de la part des politiques sur ce sujet épineux se fait sentir ces derniers temps.

« Le débat n’est pas tranché » expliquait premier ministre Jean-Marc Ayrault le 22 aout dernier, précisant alors : « Le 14 septembre va s’ouvrir une conférence environnementale et [...] il faut qu’on mette sur la table les différentes solutions qui pourraient exister et [établir s'il faut ou non] les utiliser. »

Arnaud Montebourg, l’actuel ministre du Redressement productif, s’est également dit prêt à reconsidérer la question, le 11 juillet, à l’occasion d’une réunion de la Conférence nationale de l’industrie. Selon un participant de la conférence, le gouvernement serait prêt à entrouvrir la porte à l’exploration des gaz de schiste en France.

Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, doit probablement se sentir un peu seule, étant clairement contre l’idée même d’un débat sur cette question : « Je pense, déclare-t-elle, que la transition énergétique, ce n’est pas d’aller chercher de nouveaux hydrocarbures ».

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire