Le Parlement européen durcit les conditions d’exploitation du gaz de schiste

Gaz de schiste  Parlement européen  étude d'impact  environnement

L’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures non conventionnels devront faire l’objet d’une étude d’impact environnemental préalable. Ainsi en a décidé le Parlement européen le 9 octobre. Une prise de position claire à l’encontre de la fracturation hydraulique.

Des mesures restrictives

Les eurodéputés écologistes, socialistes et libéraux ne pouvaient cacher leur satisfaction à l’issue du vote du Parlement. Désormais, une étude d’impact environnemental sera obligatoire avant toute fracturation. « C’est une avancée qui vient confirmer que cette technologie doit être interdite », a indiqué Sandrine Bélier, parlementaire verte. « Pour une fois, l’intérêt général a gagné », s’est réjouie Corine Lepage.

Une telle décision n’était en effet pas évidente, d’autant que les intérêts économiques en jeu sont considérables. Selon le Parti populaire européen (conservateurs), le Parlement européen a fait une erreur en durcissant encore davantage l’accès à cette ressource. « On ne peut pas ajouter un fardeau supplémentaire pour les entreprises qui sont les plus gros fournisseurs d’emplois dans l’UE », a fustigé Cristina Gutierrez-Cortines. Le son de cloche est sensiblement le même en Pologne, pays très favorable à l’exploitation du gaz de schiste. Le quotidien Rzeczpospolita estime ainsi que « l’UE se tire une balle dans le pied en se condamnant à une énergie chère ». Il reste néanmoins encore aux Etats membres d’approuver le texte.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire