Le gouvernement britannique s'attaque aux « mythes » du gaz de schiste

gaz de schiste  technique de fracturation hydraulique  Cuadrilla  Commission géologique britannique

Avant-hier, le secrétaire britannique de l'énergie a recommandé la mise en place d'une campagne de sensibilisation pour promouvoir le gaz de schiste et chasser «les « mythes » autour de la technique de fracturation hydraulique, une méthode controversée pour libérer le gaz naturel.

Le Royaume-Uni espère connaître le même succès que les États-Unis, le seul pays à produire du gaz de schiste en quantité suffisamment grande pour être commercialisable. Cette industrie a permis au pays de réduire de façon significative ses importations énergétiques.


Les estimations de gaz de schiste revues à la hausse en Grande-Bretagne

Le mois dernier, la Commission géologique britannique a estimé que la Grande-Bretagne avait de plus grandes réserves en gaz de schiste qu'il n'avait été estimé au préalable. En 2011, l'exploration de gaz de schiste a été interdite en Grande-Bretagne après la première – et jusqu'à présent, la seule- opération de fracturation hydraulique effectuée par Cuadrilla dans le nord-ouest de l'Angleterre (Lancashire).

Bien que l'interdiction n'ait pas été levée, les opérations doivent reprendre et beaucoup de britanniques restent inquiets quant à la fracturation hydraulique qui implique l'explosion des formations schisteuses au moyen d'un mélange de produits chimiques.

L'Europe, très opposée à la technique de fracturation hydraulique

L'opposition à la fracturation hydraulique a été plus virulente en Europe qu'aux Etats-Unis. Les détracteurs estiment qu'en plus de provoquer des tremblements de terre, cette technique pourrait polluer les nappes phréatiques, détériorer les puits et engendrer des émissions de méthane.

Mais le secrétaire de l'énergie, Ed Davey, a affirmé que les soucis étaient en train d'être réglés grâce à l'action conjointe d'une régulation et d'une étude approfondie démontrant que de fausses notions avaient été véhiculées concernant les dangers de cette méthode.

En ce sens, le défi principal de l'industrie est de persuader le public qu'il y a plus d'avantages que d'inconvénients à extraire le gaz de schiste au moyen de la fracturation hydraulique.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire