Gaz de schiste : Arnaud « Fracking » Montebourg contre-attaque

Arnaud

Montebourg vs Ayrault  Part III : non content de s'être vu rappelé à l'ordre par le Premier ministre après avoir proposé la création d'une compagnie publique en charge d'exploiter les gaz de schiste, le ministre du Redressement productif a de nouveau élevé la voix pour faire savoir que ses recommandations n'étaient pas contraires à la ligne gouvernementale.

Comme si le limogeage de Delphine Batho n'avait pas fait couler assez d'encre, voilà que Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg s'illustrent de nouveau dans une saynète des plus médiocres.

L'idée d'une compagnie publique, strictement rejetée

Le 10 juillet dernier, Arnaud Montebourg se distinguait à l'Assemblée Nationale en proposant la mise en place d'une compagnie publique pour l'exploitation d'hydrocarbures non conventionnels ; ce que jean-Marc Ayrault avait formellement défendu, rappelant la position de la France quant à ce gaz naturel, à savoir, le refus implacable de s'élancer dans la course au gaz de schiste pour privilégier la transition énergétique.

Tandis qu'on croyait ce volet clos, Montebourg, aussi connu sous le sobriquet d'Arnaud « Fracking » Montebourg au gouvernement, a tenu à se défendre et a même fait allusion à une précédente déclaration de François Hollande pour justifier sa suggestion.

« Une ligne gouvernementale » floue

En novembre 2012, le président de la République avait assuré que la France continuerait à rechercher des alternatives à la fracturation hydraulique et qu'il « prendrai[t] [ses] responsabilités le moment  venu ».

« Une ligne gouvernementale » floue que ne manque pas de souligner l'ancienne ministre de l’Écologie : « Ce serait la moindre des choses que le Premier ministre lève l'ambiguïté permanente qui est entretenue sur la question », a-t-elle déclaré.

Qui aura le dernier mot ?

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire