Le gaz de schiste, un eldorado hors de portée de l’Europe selon un haut fonctionnaire de la commission européenne

gaz de schiste  Europe  Etats-Unis  commission européenne

Un haut fonctionnaire de la commission européenne a annoncé que le boom du gaz de schiste en Europe résulterait d’un gaz à bas prix et non l'inverse. 

Le haut fonctionnaire, Robert Miege, directeur des stratégies au département environnement de la commission européenne, a prononcé ces mots à la veille du dévoilement des résultats préliminaires sur la question à la suite d’une consultation publique.

Selon le directeur des stratégies, tandis que le gaz de schiste a changé le paysage énergétique des Etats-Unis, ramenant les prix à leur plus bas niveau depuis une décennie, les conditions en Europe sont assez différentes et ne permettront pas de reproduire ce qui se passe outre-Atlantique. 

Les prix étant deux fois plus élevés que ceux de la première puissance économique mondiale, les énergies fossiles non conventionnelles sont désormais une priorité dans la politique énergétique européenne. Les résultats de la consultation publique, présentés par le conseil d’administration de la commission environnementale le 7 juin dernier, démontrent que plus de la moitié des participants sont favorables au développement du gaz de schiste en Europe.

Le groupe d’intérêt Shale Gas Europe, a déclaré sur son compte Twitter que les découvertes en la matière représentent « un résultat équilibré au regard du développement des gaz non conventionnels ».

Les réponses des Polonais, qui espèrent développer leurs hydrocarbures non conventionnelles pour être moins dépendants des importations gazières en Russie, représentent plus de la moitié du total (11.714 sur 22.122) et dans l’ensemble, les individus soutiennent le gaz de schiste.

Selon Robert Miege, il est plus probable que les bénéfices possibles de la production européenne de gaz de schiste viennent  d’une diversification du mix énergétique de l’Europe, d'une plus grande sécurité en matière d'énergie ou dans la possibilité de renégocier avec les principaux fournisseurs de gaz mais « l’effet sur les prix ne sera pas nécessairement majeur ».

Une majorité de participants à la consultation publique s’accordent pour dire que la plus grande part des bénéfices potentiels du gaz de schiste permettaient à l’Europe d’être moins dépendante des importations d’énergie et lui permettait de renforcer sa position de négociateur auprès des fournisseurs étrangers.

Par ailleurs, plus de 50% des personnes questionnées pensent que le gaz de schiste allègeraient le coût de l’énergie pour les consommateurs. 

Cependant, de nombreuses analyses sont plus modérées: les coûts de la production de gaz non conventionnel en Europe ont de forte chance d’être deux fois plus élevés qu’aux Etats-Unis elon une étude de l’Agence internationale de l’Energie.

Il y a d’importantes différences géologiques et géographiques entre les Etats-Unis et le Vieux continent ainsi qu’une population plus dense et moins d’infrastructures gazières développées dans certains pays.

En outre, certaines doutes émergent concernant le maintien d’un gaz à bas prix aux Etats-Unis.
 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire