Rapport Gallois et Gaz de schiste : Philippe Crevel en parle

Gaz de schiste  rapport Gallois  Philippe Crevel  Recherche

Philippe Crevel, membre du bureau politique de Démocratie libérale, revient sur la décision du gouvernement de ne pas considérer les préconisations du rapport Gallois et dénonce « un principe de précaution à l’extrême » dans une interview.

Dans une interview publiée sur l’Atlantico.fr, Philippe Crevel fait part de son ressenti quant au refus du premier ministre d’étudier les diverses possibilités d’extraction du  gaz de schiste comme le suggérait le rapport Gallois.

Il y voit un immense préjudice pour la France et dénonce «  un principe de précaution à l’extrême » : « Aujourd’hui, on n’exploite plus et on ne recherche plus. On refuse donc même l’idée de rechercher des techniques moins polluantes pour extraire le gaz de schiste. » Et d’ajouter que « cela peut peser sur l’économie car certaines études prouvent que l’exploitation du gaz de schiste pourrait créer plusieurs dizaines de milliers d’emplois. »

A son sens, le « schiste bitumineux » est ce dont a besoin la France en matière de pétrole et de gaz, de ce fait, les décisions de Jean-Marc Ayrault  pourraient avoir des effets néfastes sur l’économie du pays.

Et de conclure que « l’on risque de tuer un pan complet de la recherche, en l’occurrence sur l’énergie.   […] un arrêt [des recherches] pourrait engendrer une fuite des chercheurs à l’étranger, ce qui représenterait une perte sèche sur la France. »

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire