La Turquie estime que l'utilisation du gaz de schiste n'est pas possible avant 2020

turquie  gaz de schiste  energie

Lors d’une conférence de presse lundi  1 Juillet, le Ministre de l'Energie Taner Yıldız a confirmé que la Turquie ne serait pas en mesure de localiser et d'extraire correctement ses réserves de gaz de schiste avant 2020. 

Lors d’une réunion avec l'Union des sociétés de distribution de gaz naturel (GAZBİR) Yıldız note que les données de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) suggèrent également que le gaz de schiste présent dans le pays ne peut pas être utilisé avant 2020.

De plus, il faudra entre 3 et 15 ans pour que le projet voit le jour et pour que les investisseurs étrangers  prennent part à l’aventure.
«Actuellement, nous sommes dans la phase de R & D. Le rapport de l'AIE indique qu'il y a une réserve d'environ 680 milliards de mètres cubes qui pourrait répondre à la demande de la Turquie pendant  15 ans, mais nous ne pouvons confirmer cela qu’après les explorations soient terminées.

Nous préférons adopter une approche prudente afin de ne pas créer de faux espoirs à nos citoyens et de maintenir nos conditions économiques actuelles ", a expliqué , le Ministre de l'Energie Taner Yıldız.

Cependant, Yıldız a déclaré que le ministère enverra un comité de recherche aux États-Unis et au afin d’examiner les pratiques utilisées par ces pays pour extraire le gaz tout en protégeant l'environnement.

«Le comité se penchera sur la technologie utilisée pour extraire le gaz de schiste et rencontrera les entreprises et les institutions qui explorent et produisent. L'expérience du comité fera la lumière sur les pratiques du gaz de schiste et ce, pour l'avenir dans le pays ".

Le ministre de l’Energie a expliqué que les études sur le gaz de schiste visent également à utiliser les ressources propres de la Turquie dans le but de réduire la facture énergétique de chacun. : «J'espère que les gens ne sortiront pas protester contre nos décisions sur les politiques énergétiques de la Turquie.

Notre objectif est de réduire les importations d'énergie et si les gens tentent de limiter une telle politique, alors je pourrais facilement dire que les lobbies d'importation du gaz naturel sont plus présents qu’ils n’y paraissent".

"Il y a aussi des études concrètes qui ont été effectué dans la province de Yozgat afin d’explorer les mines d'uranium et nous allons donner tout le soutien logistique nécessaire pour que le secteur privé puisse exporter cet élément chimique», a conclu Yıldız.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire