Le rapport de l'Opecst prône l'exploration et l'expérimentation sur le gaz de schiste

Opecst  gaz de schiste  rapport  débat  gouvernement  exploitation  france


Le débat sur le gaz de schiste va-t-il être relancé en France ? Au lendemain du débat public entre Delphine Batho et Laurence Parisot, l'Opecst présente un rapport qui demande au moins de connaître les ressources de la France et de permettre la recherche et l'exploration du gaz de schiste.

Le gouvernement risque de ne pas être content de ce rapport publié par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) car il va complètement à l'encontre de la position défendue par la ministre de l'Environnement, Delphine Batho, et le président de la République, François Hollande.

Le rapport, qui s'est penché sur le gaz de schiste, sujet très polémique en France et dont l'extraction est interdite depuis juillet 2011, demande que les réserves soient explorées afin que puisse être créé un inventaire des ressources de notre sous-sol.

La technique de fracturation hydraulique devra être utilisée si les premières évaluations s'avèrent concluantes. Non pas pour lancer immédiatement un projet d'exploitation à grande échelle mais au moins dans un but de connaissance, afin de prévoir l'avenir au mieux.

La création d'une commission de suivi technique, prévue par la loi de juillet 2011 et jamais créée, est préconisée par l'Opecst. Cette commission devra rendre une évaluation annuelle sur l'évolution de cette technique en France comme à l'étranger.

Ainsi, toujours selon le rapport, il sera possible de lancer un programme de recherche scientifique sur l'exploitation du gaz de schiste. Cela permettra de développer aussi les technique alternatives, comme la fracturation au propane.

Les hydrocarbures non conventionnels doivent, par ailleurs, être compris dans le débat sur la transition énergétique. En ce sens, l'Opecst rejoint la position de la présidente du Medef, Laurence Parisot qui prévoyait un financement des énergies renouvelables via les revenus issus de l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste.

Prenant exemple sur les Etats-Unis, l'Opecst conseille aussi une réforme du code minier pour qu'une possible exploitation du gaz de schiste puisse bénéficier aussi aux collectivités territoriales et aux particuliers. Actuellement, contrairement aux Etats-Unis, la propriété du sous-sol n'est pas liée à la propriété du sol mais reste de l'Etat.

Enfin, concernant le gaz de houille, notamment en Lorraine, l'Opecst demande que soit au plus vite lancé un projet d'extraction. Rappelons que l'exploitation de ce gaz ne demande pas l'utilisation de la technique fracturation hydraulique.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire