Que pense Philippe Martin, nouveau ministre de l'Ecologie, des gaz de schiste ?

philippe martin  ministère de l'écologie  gaz de schiste  fracturation hydraulique  france  QPC  loi

Le changement soudain et inattendu survenu au ministère de l'Ecologie hier soir, mardi 2 juillet, va-t-il changer quelque chose à la question du gaz de schiste en France, alors même que les Sages s'interrogent sur la constitutionnalité de la loi du 13 juillet 2011 interdisant la technique de fracturation hydraulique ?

Philippe Martin, le plus écolo des socialistes

Philippe Martin se retrouve aujourd'hui à la tête du ministère de l'Ecologie. Un poste qui lui sied en tant que celui qui semble être le plus écologiste des socialistes. Un choix donc stratégique pour le PS qui ne veut pas perdre le soutien des écologistes, sa majorité à l'Assemblée Nationale étant de plus en plus menacée.

Député du Gers, Philippe Martin s'est activé depuis toujours à combattre les problèmes liés à l'environnement. Par exemple, un de ses chevaux de bataille ce sont les champs OGM. Mais sa particularité est de toujours demander l'avis de ses électeurs.

Le gaz de schiste n'est pas dans ses cordes

Les gaz de schiste, voilà qui ne plaît pas vraiment au nouveau ministre de l'Ecologie. Il cherche depuis longtemps à faire interdire la technique de fracturation hydraulique, désormais interdite depuis le 13 juillet 2011 via le moratoire voté sous le gouvernement Fillon.

Difficile donc de dire si ce ministre ira dans le sens des pétroliers concernant l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels en France. La question fait débat et oppose industriels et écologistes, notamment depuis le boom du gaz de schiste américain.

La question qui reste en suspend sera sa réaction face à la décision du Conseil Constitutionnel qui a été sais d'une Question Prioritaire dez Constitutionnalité concernant la loi du 13 juillet 2011 interdisant la technique de fracturation hydraulique pour les hydrocarbures non conventionnels. Si les sages décrètent que cette loi est anti constitutionnelle, quelle sera alors la position du gouvernement et, en particulier, du ministère de l'Ecologie ?

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire