Turquie : le ministre de l’environnement est favorable au gaz de schiste

turquie  gaz de schiste

Récemment, lors de la conférence européenne sur l’environnement qui s’est déroulée à Vilnius, a été mentionné le potentiel de gaz de schiste en Turquie. De plus, extraire les ressources du pays sans toucher à l’environnement a été un des sujets clé du débat. 

Le ministre de l’environnement en Turquie, Erdoğan Bayraktar  a ajouté que le rapport d'évaluation concernant  l'impact environnementale (EIA) devra également être pris très au sérieux, lors de la production de gaz de schiste. Etonnant car, dernièrement il avait annoncé ne pas vouloir prendre en considération les rapports de l’EIE.

La Turquie commence à se calquer sur le modèle économique américain, en matière de gaz de schiste. En effet, pour exemple, c’est la première fois depuis 1997 que les États-Unis produisent plus de ressources naturelles qu’ils n’en importent. En fait la production américaine de gaz de schiste dépassera celle de l'Arabie Saoudite à partir de 2020. D’autre part, en 2010, la production de gaz de schiste employait 600.000 personnes, soit 1,6 million d’emplois supplémentaires.

Certains risques persistent en Turquie, quant à l’extraction du gaz de schiste. Par exemple, la Turquie qui se trouve dans la ceinture sismique, peut avoir quelques difficultés avec le gaz de schiste.

Quel est le potentiel du gaz de schiste en Turquie?

Melanie Kenderdine, experts en énergie au Massachusetts Institute of Technology (MIT), a estimé les ressources du gaz de schiste turc à 420 milliards de mètres cubes, ce qui représente une consommation énergétique d’une dizaine d’année pour le pays.
Actuellement le Turkish Petroleum Corporation (TPAO) mène des opérations en partenariat avec Shell pour extraire du gaz de schiste dans la mer Noire et la mer Méditerranée. La prochaine étape est d’envisager une collaboration avec le géant Exxon Mobil.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire