La française Imerys investit encore dans le gaz de schiste américain

Imerys  proppants  céramique  PyraMax  gaz de schiste  investissement  industrie

L’interdiction du gaz de schiste en France oblige les industriels français à développer leur activité aux Etats-Unis comme le fait actuellement Imerys qui a investi plus de 200 millions de dollars pour racheter PyraMax Ceramics, productrice de proppants.

Un investissement de taille pour développer son activité dans le domaine du gaz de schiste a été lancé par la société franco-canadienne Imerys. Elle vise le marché américain en pleine expansion faute de pouvoir trouver acquéreur en France, la technique de fracturation hydraulique étant interdite sur notre territoire.
235 millions de dollars et peut être 100 millions de dollars de plus : telle est la somme investie par Imerys, fabricant de minéraux, pour acheter PyraMax Ceramics, société basée dans l’Etat de Géorgie. Le marché américain du gaz de schiste s’ouvre donc dans toute sa grandeur.

PyraMax produit ce qu’on appelle des « proppants » en céramique, soit des petites billes qui sont utilisées par les compagnies pétrolières lors de la fracturation hydraulique afin d’extraire le gaz enfermé dans la roche mère. Un investissement qui pourrait rapporter gros.

L’usine, qui ne tourne actuellement pas encore à plein régime, devrait atteindre sa pleine capacité de production l’année prochaine. Chiffre d’affaires estime : 110 à 135 millions d’euros si el rpix actuel des proppants, entre 500 et 600 dollars la tonne, se maintient. Et vu que l’expansion de la production de gaz de schiste continue, il n’y a pas de raisons pour que ce prix baisse.

Les deux propriétaires, Albert Frères et Paul Desmarais, sont sans doute fiers de continuer leurs activités dans le schiste américain. Almerys était entrée sur le marché il y a 3 ans lors de la création d’une usine de proppants à Andersonville, toujours dans l’état de Géorgie.

Initialement, la société avait prévu d’augmenter la capacité de production de cette première usine mais l’opportunité d’acheter PyraMax aurait fait gagner à la société entre un an et demi et deux ans.

Imerys devrait réussir ainsi à atteindre son objectif : un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros d’ici 3 ans dans le domaine du gaz de schiste américain.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire