Jean-Louis Schilansky estime qu’il n’y a pas eu de débat sur le gaz de schiste

jean-louis schilansky  ufip  conférence environnementale  gaz de schiste

Jean-Louis Schilansky est les président de l’UFIP, l’Union Française des Industries Pétrolières et, dans le cadre de cette fonction, fera partie de la délégation du Medef lors de la Conférence Environnementale qui commencera demain. Pour lui, le débat sur la gaz de schiste « n’a pas eu lieu ».

Dans une interview accordée à Usine Nouvelle, Mr Schilansky affirme que la première préoccupation de l’UFIP « ce sont les gaz de schiste » et la mise en place de la « Commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux ». La mise en place de cette commission reste, pour l’instant en suspend.

Pour lui, « c’est absolument faux » que les gaz de schiste soient un « retardateur de la transition énergétique » et il rappelle que la France importe actuellement près de « 98% de son gaz ». la demande « restera très importante » en France dans les années à venir.

Ce que le président de l’UFIP a peur de voir lors de cette Conférence Energétique c’est une fermeture « à double tour » du dossier sur les gaz de schiste car un refus signifierait « qu’il faudrait des années pour rouvrir le débat ».

Et c’est un débat « qui n’a pas eu lieu » estime le président de l’UFIP alors que divers pays européens ont déjà lancé le processus pour pouvoir explorer leurs réserves de gaz de schiste et profiter du boom qui a lieu en ce moment en Amérique du Nord et dans d’autres pays du monde comme la Chine.

L’Union Européenne est donc divisée et « une harmonisation serait souhaitable » pour Mr Schilansky.
La priorité serait de lancer « un grand débat national » auquel les représentants industriels devraient « participer directement » pour ensuite lancer le débat au niveau local et régional.
 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire