Chevron demande à l'Europe de réglementer la fracturation hydraulique

Europe  fracturation hydraulique  législation  interdiction  chevron  investissement  marché  exploitaiton  gaz de schiste

La compagnie pétrolière Chevron, qui investit actuellement en Europe et notamment en Pologne dans divers projets d'extraction du gaz de schiste, demande à l'Europe de mettre en place rapidement une réglementation sur la fracturation hydraulique si elle veut bénéficier du boom du gaz de schiste.

L'Europe est divisée sur le gaz de schiste, entre pays qui en interdisent purement et simplement l'exploitation, comme la France, ou des pays qui se lancent corps et âme dans ces projets d'extraction, comme la Pologne. Mais il manque une réglementation européenne ce qui freine les investissements et les compagnies pétrolières.

La demande de Chevron est donc plus que logique. La compagnie espère ainsi faire avancer les choses au moins sur le point de la législation de l'Union Européenne. Législation pour laquelle la compagnie donne une piste.

Elle estime que l'Union Européenne devrait utiliser le système américain et partager les bénéfices économiques de l'extraction avec les communautés locales, ce qui permettrait de réduire l'opposition au moins au niveau des élus.

Toutefois, la question du gaz de schiste et des réserves réelles européennes reste un mystère. Chevron a foré un seul puits en Pologne sur une zone qui, aux Etats-Unis, compterait aujourd'hui environ 4.600 puits, comme le remarque Derk Magness, à la tête de Chevron Europe.

Cette absence de données certaines a d'ailleurs conduit de grandes compagnies telles que Exxon Mobil à abandonner leurs projets polonais.

La commission européenne, qui est consciente de cette absence de données et de ce manque de réglementation, a décidé de publier une cadre de travail pour guider l'exploration, cadre qui ne sera toutefois pas législatif. L'Union Européenne ne veut pas être laissée sur place face au développement américain.

Mais pour Magness, la question est une question de timing et il se demande si l'Europe sera en mesure de légiférer à temps pour profiter du marché actuel.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire