Gaz de schiste : Chevron souhaite plus de dialogue avec le gouvernement polonais

Chevron  Pologne  gaz de schiste  amendement

Le géant de l’énergie, Chevron, a annoncé hier qu’il s’était engagé à explorer du gaz de schiste en Pologne mais qu’il souhaitait que le gouvernement le tienne régulièrement informé des projets d’amendement en cours avant leur adoption. 

Trois entreprises étrangères –Exxon Mobil, Talisman et Marathon- ont renoncé au gaz de schiste polonais en raison des difficultés géologiques et des failles de la règlementation environnementale.

Chevron et le ministère de l’Environnement polonais : en pourparlers au sujet de l’amendement

Selon les lobbies industriels, les projets d’amendement de la loi des hydrocarbures ne créent pas de bonnes conditions pour que les firmes investissent en Pologne, considéré par certains industriels comme étant le meilleur espoir de l’Europe en matière de gaz de schiste.

John P. Claussen, directeur de Chevron en Pologne, a déclaré que le dialogue de son entreprise avec le gouvernement concernant les lois du gaz de schiste a été positif mais qu’il y avait encore quelques points à évoquer notamment au sujet de dernier amendement.

Le ministère de l’Environnement l'a soumis à son ministère pour qu’il soit approuvé : « nous aimerions pouvoir avoir la chance de continuer à dialoguer au sujet des quelques problèmes que posent cette loi », a annoncé Claussen. 

Il n’a toutefois pas spécifié quels points de l’amendement sa compagnie voulait changer. Ce qui est sûr, en revanche, est la volonté des groupes industriels d'avoir plus d’assurances, à savoir, la possibilité de convertir leurs permis d’exploration en licences de production s’ils découvrent du gaz. Ils désirent également plus de temps pour explorer et un allègement des pénalités s’ils dépassent les délais.
 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire