Total se développe dans le gaz de schiste aux USA

Gaz de schiste  Total

    Malgré les récents déboires de certaines compagnies US sur le marché du gaz de schiste, le Français Total y croit encore. Le groupe vient en effet de faire l'acquisition d'actifs aux USA.    

Devenir leader sur le marché du gaz naturel au niveau mondial. Voilà ce qu'ambitionne Total depuis quelques mois déjà. Et pour y parvenir, le groupe ne se ménage pas. Des investissements ont lieu aux quatre coins du Globe pour grappiller de précieuses parts de marché. Une stratégie commerciale qui vise sur le moyen voire le long terme car l'on sait que la demande mondiale en gaz est appelée à croître régulièrement au moins jusqu'à 2025. Il s'agit alors pour le groupe de trouver de nouveaux relais de croissance. Après avoir annoncé une série d'investissements et de rapprochements sur le créneau du gaz dit "conventionnel", Total s'attaque à présent de plus en plus au gaz de schiste. Là encore, le groupe voit loin. Il voit loin car avec un baril de pétrole toujours à la traine et un prix du gaz naturel partiellement indexé dessus, la rentabilité des gisements de gaz de schiste ne semble plus être au rendez-vous pour le moment. Pour le moment donc. Et il semble bien que Total planche sur un redressement de la valeur du gaz sur les marchés internationaux. Car le groupe vient de faire l'acquisition de 75% des actifs de la compagnie énergétique américaine Chesapeake. Un deal qui lui permet ainsi de s'installer dans les gisements situées dans la partie nord du Texas. Une zone qui reste encore prometteuse en termes de quantité de gaz de schiste à extraire. Avec ce nouveau round d'investissements, Total augmente ainsi sa participation de 25% à 75% sur ces actifs en particuliers

Plus de 550 millions de dollars d'investissements

Pour s'acaparer les 870 km² de surface d'exploitation de ces gisements de gaz de schiste Total a du mettre la main à la poche. Et plus d'une fois même. Une première dépense de 420 millions de dollars sera ainsi effectuée envers Williams, la société qui collecte et traite 80% des actifs rachetés. Un premier versement qui sera par ailleurs complété par un deuxième de 138 millions de dollars toujours à la même compagnie. Pour José Ignacio Sanz cet investissement de Total s'explique : "Cette augmentation de notre participation dans les actifs du Barnett s'inscrit dans la stratégie globale de Total, qui a pour ambition d'être un leader dans le gaz naturel".

Avec une production quotidienne attendue de l'ordre de 65 000 barils équivalents pétrole, les actifs que Total vient de s'offrir sont de plus prometteurs.

La force de frappe commerciale et l'assise financière du Français devraient lui permettre d'attendre que l'orage passe. Car avec un baril qui vient de franchir la barre des 40 dollars, le baril équivalent pétrole du gaz de schiste n'est pas encore rentable puisqu'il revient sur certains gisements à près de 60 dollars. Total planche ainsi sur un redressement de la valeur du gaz mais compte bien poursuivre les opérations au Texas afin d'être en possession de stocks qui finiront bien par lui rapporter gros.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire