Les entreprises chiliennes, très intéressées par le gaz de schiste de Marcellus

gaz de schiste  Marcellus Shale  Chili  Etats-Unis

Les dirigeants des compagnies énergétiques chiliennes intéressés par le gaz naturel de Marcellus, en Pennsylvanie, sont à mi-chemin d'une visite commerciale de trois jours dans l’État. Le tour se poursuit sur les collines du propre voyage commercial au Chili du gouverneur de la Pennsylvanie, Tom Corbett, en avril dernier.

Avec fanfare, le gouverneur a coupé un large ruban sur le site du nouveau consulat du Chili à Philadelphie. Mais la vraie préoccupation de la visite est l'intérêt du Chili pour l'importation de gaz naturel extrait de la formation du Marcellus Shale. 

Bernardo Larrain est le président de Colbun, une compagnie énergétique chilienne. Selon Larraine, la demande en énergie au Chili croît de 5 à 6 % chaque année et continuera sa croissance en ces taux pour les vingt prochaines années.

« Et c'est pour cela que nous sommes là », a-t-il lancé. «La Pennsylvanie produit beaucoup de gaz naturel, du gaz de schiste. Et le Chili a une grande capacité de production grâce à ses centrales électriques qui fonctionnent au gaz naturel. Donc je pense qu'il y a un fort potentiel pour une association avec l’État de Pennsylvanie. »


Le gouverneur de Pennsylvanie, favorable à l'exportation du gaz de schiste

Il ajoute que l'opposition aux nouvelles centrales de charbon dans son pays limite leurs options. Son entreprise s'est entretenue avec les dirigeants de grandes compagnies énergétiques telles que Shell et BP au sujet des importations de gaz naturel en provenance des États-Unis. Pour l'heure, deux nouveaux terminaux d'exportation sont en construction au large du golfe du Mexique. Mais, il affirme qu'il a également entendu une annonce d'installations d'exportation pour Philadelphie.

Quant au gouverneur Corbett, il a affirmé aux dirigeants des compagnies énergétiques, aussi bien chiliennes qu'américaines, qu'il était en faveur de l'exportation du gaz naturel : « Dans la mesure où le secteur manufacturier du Chili croît, le pays aura besoin d'énergie », a-t-il déclaré. Et d'ajouter « que nous avons un peu de ça ici en Pennsylvanie, nous en avons en abondance et nous en sommes bénis ».

Mettre en place les exportations vers le Chili pourrait être plus facile qu'envoyer du gaz à de gros consommateurs étrangers  tels que l'Inde ou le Japon parce que les États-Unis ont un accord de libre-échange avec le Chili.

Les présidents des entreprises énergétiques chiliennes prévoient de visiter les champs gaziers de Pennsylvanie avant de rentrer.
 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire