Gaz de schiste : Cuadrilla Resources fait sa demande pour obtenir l'autorisation de fracturer

Cuadrilla Resources  gaz de schiste  Grande-Bretagne  fracturation hydraulique

Cuadrilla Resources, une entreprise britannique privée productrice de pétrole et de gaz, continue de multiplier les démarches pour produire du gaz de schiste dans son pays d'origine. 

Vendredi, la société a annoncé qu'elle déposait une demande pour l'obtention d'un permis afin de  fracturer « hydrauliquement » un puits exploratoire qu'elle a foré à Grange Hill dans le Lancashire (dans le nord-ouest de l'Angleterre). L'entreprise espère être capable de tester le puits l'an prochain. Elle a également déclaré qu'elle prévoyait de demander la permission de forer et fracturer six nouveaux puits dans la région. 

Cuadrilla, contrainte de différer ses projets

La fracturation hydraulique ou la méthode dite de « fracking » nécessite le pompage  d'une grande quantité de liquides et de sable des puits pour détendre les formations rocheuses afin que le pétrole et le gaz naturel qu'elles contiennent puissent être libérés.

Les efforts de Cuadrilla pour mener de front la production de gaz de schiste en Grande-Bretagne n'a pas été sans embûches. En 2011, une tentative de fracturation d'un nouveau puits a engendré de légères secousses telluriques et a entraîné la mise en place d'un moratoire de 18 mois – récemment levé- contre la fracturation.

La société a également différé de nombreux projets de forage de pétrole dans le Sussex de l'ouest, au sud de Londres, après la tenue de pourparlers avec les régulateurs environnementaux lui enjoignant de demander plus de permis.

Le gouvernement britannique soutient la production de gaz de schiste

Mais en dépit des coûts et des délais, Cuadrilla peut compter sur des signes encourageants : le gouvernement de coalition britannique voit en le gaz de schiste une manière de compenser la production déclinante de la mère du nord et soutient sa production : « tout le monde reconnaît que nous devrions continuer notre phase exploratoire », a affirmé le directeur général de Cuadrilla, Francis Egan, lors d'une interview.

Une fois les permissions de forage et d'exploration délivrées, reste à savoir quelle quantité de gaz pourra être commercialement récupérable. Et pour l'heure, nul ne le sait.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire