Focus sur un nouvel acteur du gaz de schiste, Major Drilling International

Gaz de schiste

Preuve que la filière du gaz de schiste est véritablement en train de changer de nombreux pans de l'industrie énergétique mondiale, la société canadienne Major Drilling vient de procéder à un changement dans son portefeuille d'activité. Désormais, elle intègre la filière du gaz de schiste dans son nouveau périmètre de compétences. 

Décidément, le gaz de schiste n'en finit pas de rabattre les cartes. Et ce n'est pas la société canadienne Major Drilling qui pourra dire le contraire. Spécialisée dans les opérations d'exploration et d'exploitation minières en Amérique du Nord et à travers le monde entier, la plus grande entreprise du Nouveau-Brunswick cotée en bourse change son cœur d'activité. En cause, les prix des métaux en baisse, soumis à de trop fortes volatilités qui ne permettaient plus à l'entreprise de pouvoir stabiliser son chiffres d'affaires et ses revenus. En trois années à peine, l'entreprise a ainsi vu ses résultats chutés, passant de plus de 800 millions de dollars en 2012 et à peine plus de 300 millions en 2015.

Un changement de cap a alors été programmé est même en train d'être opéré. Si les produits miniers ne sont plus la manne financière qu'ils pouvaient représentés jusque là, le filon du gaz du schiste a au contraire tout l'air d'un nouvel eldorado pour l'entreprise. Aussi, a-t-elle choisi de proposer son savoir-faire technique aux entreprises d'exploitation du gaz de schiste au Canada comme aux Etats-Unis. Ainsi par exemple, l'entreprise construit désormais des coffrages en bétons pour l'étanchéité des puits de forage, loue et fournit des infrastructures servant à l'extraction.

Se positionner en vue de la levée du moratoire ?

Les manœuvres actuelles de Major Drilling en fourniture de services annexes à l'exploitation du gaz de schiste font dire à beaucoup que l'entreprise se positionne déjà en vue de la possible levée du moratoire au Nouveau-Brunswick. Car si tel était le cas, il y aurait fort à parier que la structure délaisserait peu à peu totalement le filon des minerais pour s'intéresser à celui du gaz de schiste. Et Major Drilling a suffisamment d'expérience, de savoir-faire et de ressources sur les domaines de l'extraction pour figurer comme un nouveau et très sérieux prétendant.

Il faut dire que les déclarations du nouveau PdG, M. Larocque sont à ce titre des plus claires : « Il y a d'énormes ressources au Nouveau-Brunswick et il faut les développer. Il faut absolument se pencher là-dessus. Les risques avec le temps ont été minimisés. Les exemples que donnent les militants anti-gaz de schiste datent de 15 à 30 ans passés. Non, il n'est pas trop tard. La ressource ne va pas s'évaporer. Le prix du gaz va finir par remonter, mais il faut être prêt tout de suite pour que quand ça revient on puisse en profiter ».

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire